Publication du Livre Blanc de l’Europe sur l’Intelligence Artificielle et consultation des acteurs

L’Europe est bien placée pour tirer parti du potentiel de l’Intelligence Artificielle, non seulement en tant qu’utilisatrice, mais aussi en tant que créatrice et productrice de cette technologie. Le Livre blanc propose :

des mesures qui permettront de rationaliser la recherche, d’encourager la collaboration entre les États membres et d’accroître les investissements dans le développement et le déploiement de l’IA ;

des options pour un futur cadre réglementaire de l’UE qui définirait les types d’exigences légales applicables aux acteurs concernés, en mettant particulièrement l’accent sur les applications à haut risque.

Atouts :
excellents centres de recherche et de startups innovantes ;
position de 1er plan au niveau mondial en robotique ;
secteurs manufacturiers et de services compétitifs, dans l’automobile, les soins de santé, l’énergie, les services financiers ou l’agriculture ;
solide infrastructure de calcul (ordinateurs à haute performance) ;
volumes de données publiques et industrielles importants ;
systèmes numériques sûrs et fiables à faible consommation d’énergie.

Faiblesses : l’investissement public et privé en IA reste bien inférieur à ceux dans d’autres régions du monde.

Europe Amérique du Nord Asie
3,2 Milliards d’euros 12,1 Milliards d’euros 6,5 Milliards d’euros

Investissements publics et privés en IA en 2016

L’objectif est d’attirer, dans l’UE, un montant total de plus de 20 milliards d’euros d’investissements par an dans l’IA au cours de la prochaine décennie. Pour stimuler les investissements publics et privés, l’UE mettra à disposition des fonds au titre du programme pour une Europe numérique, du programme Horizon Europe et des Fonds structurels afin de répondre aux besoins des régions moins développées et des zones rurales.

Pour résumer voici les 6 actions phares proposées :

Action 1 : en tenant compte des résultats de la consultation publique sur le Livre blanc, la Commission proposera aux États membres une révision du plan coordonné en vue d’une adoption d’ici à la fin 2020.

Action 2 : la Commission facilitera la création de centres d’essai et d’excellence faisant appel à des investissements européens, nationaux et privés, y compris éventuellement un nouvel instrument juridique. La Commission a proposé de consacrer un montant ambitieux au soutien de centres d’essai de calibre mondial établis en Europe dans le cadre du programme pour une Europe numérique et de compléter ces mesures, le cas échéant, par des actions de recherche et d’innovation RIA dans le cadre du programme Horizon Europe au titre du cadre financier pluriannuel pour la période 2021-2027 et d’une adoption d’ici à la fin 2020.

Action 3 : mettre en place et soutenir, par l’intermédiaire du pilier « compétences avancées » pour une Europe numérique, des réseaux d’universités et d’établissements d’enseignement supérieur de premier plan pour attirer les meilleurs professeurs et chercheurs et proposer des programmes de masters de classe internationale dans le domaine de l’IA.

Action 4 : la Commission collaborera avec les États membres pour faire en sorte qu’au moins un pôle d’innovation numérique par État membre ait un niveau élevé de spécialisation en IA. Les pôles d’innovation numérique peuvent bénéficier d’un soutien dans le cadre du programme pour une Europe numérique. La Commission et le Fonds européen d’investissement lanceront, au premier trimestre 2020, un programme pilote de 100 millions d’euros afin de fournir un financement en fonds propres aux développements innovants dans le domaine de l’IA. Sous réserve de l’accord final sur le CFP, la Commission a l’intention de développer considérablement cet instrument à partir de 2021 par l’intermédiaire d’InvestEU.

Action 5 : dans le contexte d’Horizon Europe, la Commission mettra en place un nouveau partenariat public-privé dans le domaine de l’IA, des données et de la robotique afin de conjuguer les efforts, d’assurer la coordination de la recherche et de l’innovation dans le domaine de l’IA, de coopérer avec d’autres partenariats public-privé dans le cadre du programme Horizon Europe et de collaborer avec les installations d’essai et les pôles d’innovation numérique susmentionnés.

Action 6 : la Commission entamera des dialogues sectoriels ouverts et transparents, en accordant la priorité aux prestataires de soins de santé et aux opérateurs de service public, afin de présenter un plan d’action pour faciliter le développement, l’expérimentation et l’adoption. Les dialogues sectoriels serviront à élaborer un programme spécifique consacré à l’adoption de l’IA qui soutiendra les marchés publics portant sur des systèmes d’IA et contribuera à transformer les processus de passation de marchés publics proprement dits.

Sur ces actions, une consultation de tous les acteurs est proposée jusqu’au 31 mai 2020 (une version en français est disponible) https://ec.europa.eu/eusurvey/runner/AIConsult2020?surveylanguage=EN

Merci de nous prévenir si vous y répondez car nous souhaitons recenser en région Hauts-de-France les acteurs concernés par l’IA qui s’impliquent.

Abonnez-vous à la newsletter HDFID

Siège HDFID

135 boulevard Paul Painlevé
59000, Lille

Antenne Amiens

41 Avenue Paul Claudel

80480 DURY 

Antenne d'Etaples

Centre d’affaires OPALOPOLIS 

Parc d’Activité Opalopolis, Boulevard Edouard Lévêque

62630 ETAPLES 

Antenne de Senlis

CETIM

52 avenue Félix Louat
60300 SENLIS 

Antenne de Valenciennes

Maison des Entreprises Grand Hainaut

40 route d’Aulnoy
59300 VALENCIENNES