Des chercheurs namurois finalisent la mise au point d’un filtre catalytique qui permet d’assainir l’air ambiant. Issu du portefeuille de projets GotoS3, Dépollutair est un projet Interreg réunissant les Universités de Namur, de Mons, de Gent et de Lille. L’Université du Littoral Côte d’opale en est le chef de file.  

A l’intérieur comme à l’extérieur, les composés organiques volatiles sont partout.  Ils constituent un réel enjeu de santé publique.

Vous les sentez parfois, mais vous ne les voyez pas. Ils baignent pourtant votre vie quotidienne. “Ils”, ce sont les composés organiques volatiles (COV). Des composés chimiques qui existent à l’état naturel, mais qui sont également présents en masse dans les produits manufacturés et qui ont la particularité de se vaporiser très facilement à température ambiante . “Ils se transforment en vapeur et sont relâchés dans l’air”, résume Bao Lian Su, professeur au département de chimie de l’Université de Namur.

Le problème, c’est que, aussi discrets soient-ils, ces COV ne sont pas anodins : ils présentent une série de risques tant pour la santé que pour l’environnement, poursuit notre interlocuteur.

Pour en savoir plus sur le projet, retrouvez le témoignage et la vidéo de Tarek Barakat, Chercheur à l’Unamur, qui explique les avancées de ses travaux :

  • Consultez l’article publié sur le site de l’Université de Namur en cliquant ici.
  • Découvrez la vidéo de présentation du projet sur le site web du journal La Libre.be.
  • Pour aller encore plus loin, lisez cet article !

 

Contact : Tarek barakat – tarek.barakat@unamur.be

>> Découvrez le mini-site dédié au projet Dépollutair : http://www.gotos3.eu/nl/projecten/depollutair/home

Pin It on Pinterest

Shares
X