Rendre accessible la pratique de la batterie n’importe où et à n’importe quel moment, c’est maintenant possible grâce à des capteurs connectés et une application gratuite à télécharger. Cette solution connectée nommée Senstroke a été pensée par Jérôme DRON, fondateur de la startup REDISON, installée au Louvre Lens Vallée. Nous l’avons rencontré pour en savoir plus sur cette belle innovation régionale, qui séduit les plus avertis comme les débutants, en France et au-delà des frontières…

SENSTROKE, c’est « l’idée au bon moment »

Jérôme DRON n’avait pas anticipé le succès de sa technologie… Issu d’un parcours web et marketing, anciennement en poste en tant que directeur e-commerce son idée est née d’un problème qu’il a rencontré en pratiquant son instrument de prédilection, la batterie. « Il y a 3 ans, je souhaitais m’enregistrer chez mon frère, qui est lui-même guitariste. A ce moment-là, la solution informatique n’a pas fonctionné et nous n’avions pas d’autres outils à notre disposition. Ce type de problème arrive régulièrement, les problématiques des batteurs sont bien présentes : il n’y a pas de solutions facilitant l’enregistrement des musiciens », explique Jérôme DRON. 

De ce constat est né Senstroke. En parallèle de son activité professionnelle, Jérôme Dron a alors investigué, réalisé une veille et rencontré des incubateurs régionaux, notamment Cré’Innov, dont les membres du jury ont été séduits par la création d’une solution en ligne permettant aux batteurs de jouer, s’enregistrer, annuler un son ou encore prendre des cours sans avoir besoin d’acheter une batterie !

C’est en avril 2017 que REDISON lance son projet sur Kickstarter, une plateforme de financement participative. Avec un objectif que Jérôme DRON s’était fixé : atteindre les 100 000€ de précommandes. « L’objectif ayant été atteint, j’ai quitté mon poste pour me consacrer uniquement à mon projet », précise le fondateur. Sa solution a en effet séduit 650 clients ayant commandé dans 46 pays différents dont les principaux sont la France, l’Allemagne et les Etats-Unis.

Une vraie innovation technologique !

La batterie est le 3e instrument le plus populaire au monde. Actuellement, le marché est très peu technologique alors que la demande est forte. Senstroke s’adresse à une cible très large : des non pratiquants enfants et adultes aux professionnels… Avec une solution qui évite un frein majeur à la pratique de la batterie : le bruit ! Sous la forme d’un kit intégrant des capteurs Bluetooth à mettre sur les baguettes et les pieds, les musiciens peuvent pratiquer sans leur batterie. Les capteurs peuvent s’adapter à tous types de baguettes et s’utiliser différemment, par exemple :

  • lorsqu’on débute, on n’a pas forcément de batterie chez soi. On peut donc quand même s’amuser et découvrir les possibilités de la batterie avec les capteurs en tapant sur tout type d’objet : coussin, oreiller, magazine ou même sur un pad d’entrainement qui permet d’avoir une sensation de rebond comme en réel.
  • Pour les amateurs, on peut s’amuser sans déranger les voisins.
  • Un professionnel aguerri peut également s’en servir pour faire des shows. En plus de sa batterie, il peut taper avec ses baguettes sur n’importe quel objet sur scène en continuant à émettre un son ou en provoquant un jeu de lumières par exemple…

« Nous sommes les seuls au monde à proposer cette solution aux batteurs, à savoir reconstituer les impacts et déterminer chaque zone de frappe. Nous avons d’ailleurs déposé un brevet qui protège notre technologie », affirme Jérôme DRON. Les testeurs ont été assez bluffés, notamment au niveau du ressenti, du toucher. En parallèle, une application téléchargeable gratuitement a été développée pour jouer n’importe où et n’importe quand : « on dit à son téléphone où on veut jouer de la batterie. On peut gérer l’intensité et jouer sur tout type de surface. La surface doit juste octroyer un minimum de rebond… ».

L’innovation réside dans les algorithmes développés qui permettent de retranscrire précisément les données électroniques en sons de batterie. La startup a réussi à développer un véritable outil pour les musiciens. Et même au niveau des professionnels : « j’ai eu la chance de rencontrer Farid Medjane, le batteur du groupe TRUST, qui a testé le kit et serait intéressé pour l’utiliser lors de ses concerts. Nous sommes actuellement en discussions pour nouer un partenariat ! ».

Et le succès ne fait que commencer, avec déjà 800 clients qui attendent la livraison des packs Senstroke. Le marché équivaut à plus de 50 millions de personnes dans le monde. Les capteurs que REDISON propose s’adaptent aussi à d’autres instruments, notamment les percussions. C’est pourquoi ils sont également vendus à l’unité.

« Sans l’accompagnement régional dont j’ai bénéficié, je ne serais pas là aujourd’hui »…

Tout a commencé grâce à l’accompagnement de l’incubateur Cré’Innov, au travers du Fonds Régional d’Incubation, qui a financé l’étude de faisabilité du produit, et la conception d’un premier prototype en collaboration avec l’INRIA.

« En France, dès lors que l’on a un projet innovant, on peut bénéficier de nombreuses aides au développement. BPI ou Business France accompagnent efficacement les porteurs, ils font un travail remarquable ! Enfin, sans l’aide financière accordée par l’agence Hauts-de-France Innovation Développement, je n’aurais pas lancé le produit. En effet, le « Diagnostic Innovation » m’a permis de passer à l’étape de la conception électronique du capteur », insiste le fondateur, qui a également reçu plusieurs prix Design et Innovation : lauréat LMI, du Réseau Entreprendre Nord et lauréat de l’appel à projets du Louvre Lens Vallée. L’Observeur du Design lui a également remis le prix « Label du Design ». Le produit va ainsi être visible lors d’une exposition qui parcourt la France, avec notamment un passage au Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou.

De belles perspectives de développement pour REDISON

Cette année, la startup a changé de nom. Anciennement nommée Drumistic, elle s’appelle maintenant REDISON, pour mieux s’étendre aux secteurs d’activités qu’elle peut toucher, notamment le domaine médical.

Et prochainement, en plus de la vente directe sur le site web, les produits seront en vente dans des magasins spécialisés Hitghtech et Musique, en France mais aussi à l’étranger (notamment au Canada, aux Etats-Unis et en Australie). « L’objectif est d’asseoir notre position de N°1, et de garder une longueur d’avance face à la concurrence ! »

Pour faciliter la vie des batteurs, l’application Senstroke va également être enrichie à plusieurs niveaux :

  • En donnant la possibilité aux utilisateurs de s’enregistrer pour partager leurs morceaux sur les réseaux sociaux ou sur les logiciels de traitement. L’objectif étant de faciliter le partage pour décomposer tout le morceau.
  • En créant des cours en ligne grâce à une méthode ludique, avec des professeurs de batterie reconnus au niveau régional.

Vous ne connaissez pas encore Senstroke ? N’hésitez pas à consulter le site dédié à cette solution connectée : https://www.senstroke.com/fr/

Le produit sera notamment en vente sur le site web avant la fin d’année, et ensuite chez d’autres fabricants.

 

Pour en savoir plus  : https://www.redison.com/fr/

X
X
X