La digitalisation des entreprises apparaît aujourd’hui essentielle pour rester compétitif. L’Industrie 4.0 est une thématique forte qui occupe l’actualité nationale et régionale, avec un véritable engagement venant de la Région Hauts-de-France. Mais quels sont les enjeux et les pistes de réflexion liés à l’intégration du numérique dans les PME-PMI et son impact sur les personnels ?

Actuellement, on peut identifier 8 technologies clés au sein des entreprises : la réalité augmentée, la réalité virtuelle, la réalité mixte, le big data, l’intelligence artificielle, la cybersécurité, la blockchain et le jumeau numérique (nommé également le digital twin).

Beaucoup de projets au sein des entreprises nécessitent de la data, dans des secteurs très divers (véhicules, santé, efficacité énergétique). Et de nouveaux acteurs, notamment les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple), arrivent sur ces secteurs clés. Les entreprises doivent donc suivre ce mouvement en restant agiles. En 2018, 2/3 des nouvelles technologies prioritaires en mécanique sont numériques. Ces technologies touchent tous les niveaux de l’entreprise. La prise en compte de ces technologies clés est donc un levier important !

Le marché du travail va fortement évoluer d’ici 2030 avec la digitalisation des entreprises, selon les prévisions annoncées par Agoria Wallonie**, la fédération des entreprises de l’industrie technologique. En Belgique par exemple, la demande va augmenter de 0,9% par an tandis que l’offre augmentera de 0,3 % par an. Les fonctions vont changer de façon plus radicale et plus qualitativement vers le digital avec des compétences en lien avec le coding, la gestion des interfaces digitales, la résolution des problèmes, le travail en équipe avec des cobots…

Pourquoi la digitalisation ?

La robotisation et l’évolution des outils ne peuvent être efficaces que si les compétences et les profils de chaque collaborateur sont intégrés dans les process. L’intérêt est de mettre à disposition des salariés la bonne information pour décider en un minimum de temps.

« Si on rend le travail passionnant, le personnel suivra », explique Philippe Guilloteau, consultant labellisé dans le cadre de Factory 4.0 et représentant de PGErgoD.

Selon un représentant d’Arcelor Mittal, la problématique est de « concevoir un système futur avec des collaborateurs ayant déjà une certaine ancienneté dans le groupe, mais qui doivent remettre en question leur fonctionnement pour correspondre aux besoins des millénials, ceux que l’on nomme aujourd’hui ‘les nouveaux salariés’ » ! Une réalité à prendre en compte, car les pratiques sont différentes et doivent être comprises par les managers et les dirigeants.

L’emploi et la sécurité de l’emploi pour les salariés

Le dirigeant d’entreprise doit faire preuve de pédagogie et de factuel pour accompagner le changement.  3 faits importants sont à souligner :

  • La digitalisation est une nécessité pour rester compétitif. On constate notamment que les systèmes automatisés permettent de regagner des parts de marché et finalement de recréer des emplois.
  • Il y a donc finalement moins de risque de perdre son emploi si le numérique s’intègre à une évolution des usages des salariés.
  • Le numérique permet d’obtenir une meilleure qualité de travail, notamment dans certains domaines comme par exemple la neurochirurgie. Les technologies comme l’Intelligence Artificielle permet d’aller plus loin pour préciser le diagnostic, l’impression 3D permet de simuler avant une opération, et d’autres outils durant une intervention chirurgicale sont plus précis…

L’enjeu est donc de se saisir ces nouvelles perspectives données grâce à la robotisation, qui permettent aux collaborateurs d’évoluer vers de nouvelles compétences.  Ces nouvelles technologies peuvent donc être un facteur de motivation.

La formation

L’enseignement supérieur est dynamique mais il n’est actuellement pas suffisamment rapide par rapport à l’évolution des besoins des entreprises. Dans ce contexte, l’alternance est une bonne solution. Aujourd’hui, les managers au sein des entreprises deviennent des coaches. Et le savoir-être est très important. Dans le même temps, les salariés doivent être multi-compétences.

Les dirigeants doivent avoir conscience des bons leviers à actionner pour amener la transformation numérique au sein de leurs structures. Tout l’enjeu de la digitalisation au sein des entreprises tient donc à la bonne prise en compte des ressources internes, et notamment des collaborateurs !

** Etude présentée par Agoria Wallonie lors du Club d’entreprises du Pôle Mecatech en octobre 2018, dans le cadre du projet Interreg Factory 4.0, sur la digitalisation des entreprises et l’impact sur les personnels.

X
X
X