L’entreprise Noirot (groupe Muller) s’est lancée en 2014 en partenariat avec l’Université de Picardie Jules Verne dans un projet de recherches inédit de 3 ans baptisé Alicether. L’objectif de ce programme est d’inventer le radiateur du futur en utilisant des technologies intelligentes.

Il y a 4 ans, le concepteur et fabricant de solutions de chauffage Noirot, qui emploie 250 personnes, décide de s’associer au monde académique pour imaginer le radiateur du futur. Celui-ci doit apporter fonctionnalités intelligentes et consommer moins. L’Université de Picardie Jules Verne se porte candidate, et ensemble, ils répondent à un appel à projets régional donnant accès à des fonds européens. Sur 3 millions d’euros d’investissement, le Conseil régional des Hauts-de-France et le FEDER financent 30 % du programme.

 

Tester des idées

En 2014, le projet Analyse, Intelligence et Communication des Équipements thermiques du bâtiment (Alicether) débute pour une durée de 3 ans. « La 1ère année, nous avons couché sur le papier toutes les possibilités, réalisé un brainstorming de technologies et de méthodes à utiliser » raconte Thierry Saublet, directeur Recherche et Développement du Groupe MULLER. Une réflexion qui a entrainé la restructuration du centre de R&D de l’entreprise laonnoise, triplant la surface de son laboratoire et se dotant de nouveaux équipements, dont une plateforme multiclimatique expérimentale unique au monde.

« C’est l’équivalent d’une maison de 100 m2 équipée de capteurs qui vont nous permettre de recréer tous les climats et des scénarios de vie » ajoute-t-il. La 3e année doit voir la concrétisation des idées. « Le radiateur du futur doit être capable de déterminer automatiquement le bon comportement tout en simulant des modes constructifs différents. On parle ainsi d’efficacité prédictive », note Thierry Saublet.

 

Révolutionner le secteur

L’ambition affichée de Noirot est de révolutionner le marché en appliquant ses innovations à l’ensemble de ses produits (ventilation, chauffe-eau, radiateurs, etc.) pour créer un écosystème plus performant et capable de communiquer. « Ce projet est au cœur de notre usine en Hauts-de-France. Les produits qui sont en train d’être imaginés vont être équipés de nouvelles technologies, nous allons donc devoir faire évoluer notre process industriel » conclut Thierry Saublet.

 

Pour plus d’infos : www.noirot.fr

Pin It on Pinterest

Shares
X